Extranet

Recherche

La musique et les femmes

Thématique du conservatoire

-

LA MUSIQUE ET LES FEMMES

Tout au long de l’histoire de la musique, la place des femmes a été éclipsée, méprisée, dissimulée. Trop souvent dans l’ombre d’un père, d’un frère ou d’un mari comme Maria Anna Mozart, Clara Schumann, Fanny Mendelssohn…, ces femmes musiciennes sont les oubliées de l’histoire de l’art.

Le conservatoire Lannion-Trégor a choisi de s’engager cette année dans une démarche de mise en lumière de ces compositrices et interprètes. Au travers des différents cours, des programmes de concert ou de conférences, de portraits, les élèves et le public sont invités à découvrir ces figures féminines.

 

PORTRAIT # 1

Chanteuse et harpiste, elle est l’une des principales compositrices italiennes du XVIIème siècle et surtout la première compositrice professionnelle à vivre librement de son art. Elle compose pour les plus grands quelques 125 madrigaux, arias et cantates.

Pleinement entrée dans le XVIIème siècle, sa musique est marquée par un sens aigu de la mélodie, de l’expression des affetti (le sentiment, la passion de l’âme) et de la création d’atmosphères.
En écoute le madrigal « Silenzio nocivo » https://youtu.be/e7auuxWYnj8 : mettant en valeur la succession des variations d’effectif, l’efficacité et la beauté des motifs mélodiques.

Globalement, la beauté harmonique et le charme de la musique de Barbara Strozzi en font bien plus qu’une femme composant de la musique, elle devient l’une des personnalités majeures de la musique italienne du XVIIe siècle.

 

PORTRAIT # 2

Sainte Hildegarde de Bingen est née le 16 septembre 1098 à Bermersheim. Ses parents l’ont consacrée dès sa petite enfance à la vie religieuse. Elle entra au couvent à l’âge de 8 ans et fut religieuse à l’âge de 14 ans. Elle mourut le 17 septembre 1179 à 81 ans.

Elle composa beaucoup d’œuvres musicales sacrées pour ses religieuses et surtout pour des instruments qui n’étaient pas admis à l’époque, ce qui lui valut beaucoup de critiques. Seuls les hommes accompagnés de l’orgue avaient le droit de chanter dans les églises.Ses œuvres ne sont pas très précises : il n’y a pas de tempo et le rythme est très calme, ce qui permet une certaine improvisation de la part de la personne qui chante ou joue. Sa musique est uniquement liturgique. Elle l’écrit pour ses religieuses bénédictines alors qu’à l’époque peu de couvent chantait. C’est l’une des premières femmes compositrice et elle est la plus connue d’entre toutes.

Sainte Hildegarde de Bingen est aussi médecin naturopathe, écrivaine, mais surtout une visionnaire mystique. Ce sont ses visions qui vont lui demander de mettre par écrit tous ses savoirs. C’est une grande femme qui a conseillé beaucoup de grand personnage (royal ou ecclésiaste).

Un film a été réalisé sur sa vie, il se nomme « vision ».

Biographie réalisée par Madeleine de Litchtervelde, élève de formation musicale au conservatoire.